?

Log in

Fraizochocolat
Blog 
16th-Aug-2007 11:49 pm - Bonheur et boulot
Parler de Mad Max et Malevil, discuter pour savoir quelle sera la forme du visage de Chaka, et si les anges sont des serpents, est-ce que les démmons seront des chiens, ou carrément des loups ? Et puis le décor, tu le vois comment ?
Bon finalement, ce sera un livre illustré ou une BD ?
Avec la simple BD on risque de perdre le texte. Mais avec de simples illustrations, ça va pas le faire non plus.
Et si je lui parlais de Frank Miller ? Il faudra penser à aller chercher du côté des comics.
Bon, n'oublions pas non plus de bosser sur l'autre projet à côté.
Tout en passant deux heures par jour dans les librairies d'occasion (et vite me trouver un bouquin vu que je viens de finir mon dernier Pratchett) (cette ville est infâââââââme niveau librairies) (et je ne parle pas du fait qu'avec l'influence "néfaste" de ma frangine, je "subis" le merchandising Death Note)

Et à part ça, bosser en direct live avec sa collaboratrice principale ?
Un peu à la manière du le_crabe, je dirai que c'est vachement cool.

Je vais avoir du mal à rentrer à Strasbourg T_T

Est-ce que c'est très indiqué d'appeler une créature de Frankenstein Galaad ? Ou est-ce ue ça va faire rire tout le monde...
15th-Aug-2007 10:40 am - (REVIEW) La Bête - Pierre Béarn
La Bête

Pierre Béarn
Bibliothèque Blanche

"La gamine qui raconte ici ses souvenirs et ses découvertes n'avait que douze ans, au début du siècle. Je l'ai connue lorsqu'elle était adulte. Elle fut à la fois mon premier amour et mon initiatrice."

C'est au fond du jardin, à l'abri des regards de sa grand-mère, que Sandrine découvre "la bête". Sa curiosité l'attire chaque jour au bout du clos. Là, elle apprend le pouvoir que les femmes exercent sur "la bête".

En me tendant ce cours roman, ma sœur m'a d'abord mise en garde. Attention, la jeune fille qui parle ici n'a que douze ans. En cette période où l'on cherche très justement d'ailleurs à protéger les enfants de la pornographie et de la pédophilie, lire un tel livre peut paraître bien immoral. Il serait même impossible aujourd'hui d'en écrire une adaptation… ce qui est cependant bien dommage.
Car il ne s'agit pas ici de se complaire ou d'amener le lecteur à participer à l'initiation forcément violente d'une enfant, il ne s'agit pas de décrire la perte d'une innocence face à la perversité.
Non, la Bête est la description à la fois crue et poétique de cette découverte du pouvoir des femmes sur les hommes. Une découverte qui met en joie la petite Sandrine, laquelle, malgré ces zones de mystère qu'elle a du mal à appréhender, sourit de trouver ainsi puissante.
Ce texte est magnifique, et d'une rare poésie.
On ne peut qu'être bouleversé par cette confession érotique, par sa tendresse et son côté sulfureux.
Alors, bien que ce petit livre ne soit pas à mettre entre toutes les mains, je le conseille avec énergie.
13th-Aug-2007 09:31 pm - Question
Pour un petit projet que j'essaie de monter (eh oui je reste "productive" même en vacances), je recherche des monstres ou des créatures mythologiques anthropomorphiques (au moins une tête et deux bras, si possible des jambes aussi)
J'ai déjà fait une petite liste mais si vous avez quoique ce soit à ajouter, dites-le moi ! ^^
- vampire
- fantôme
- syrène
- sorcière
- ogre
- troll
- nain
- mort vivant
- faune

Merci ! ^
9th-Aug-2007 02:00 pm - Challenge de la journée
Une Peur si Discrète

Zokutou word meterZokutou word meter
19,093 / 30,000
(63.6%)


Motivée, motivée, motivée !!!!!
6th-Aug-2007 12:38 pm - FraizoChocolat
Une newsletter pour être mis au courant des mises à jour est maintenant disponible sur FraizoChocolat !
Prochaine update prévu d'ici mercredi !
2nd-Aug-2007 02:49 pm - Mise à jour
Mise à jour de FraizoChocolat avec une nouvelle retrouvée et deux chapitres d'Une Peur si Discrète (des parties retravaillées mais qui avaient déjà été publiées... je ne sais plus trop sur quel blog ^^;)
le_crabe, est-ce que tu as reçu mon mail ? ^^;


N'hésitez pas à faire un peu de pub autour de vous ! ^o^
29th-Jul-2007 06:47 pm - Eté studieux
"[...] Je me suis farci cinquante romans de la collection Arlequin en me disant que j'allais y trouver un génie... Alors même si je ne l'ai pas encore découvert, je suis toujours sûr qu'il existe malgré tout et que je ne l'ai juste pas encore lu !"

Cette citation qui fait chaud au coeur est tiré d'une très bonne interview de Jean-Pierre Dionnet, dans le hors série de juillet de dBD, consacré aux mangas (un sujet original mais bon) C'est la meilleure partie du magazine. J'ai toujours été une très grande admiratrice du travail de Dionnet, parce qu'il a animé longtemps le ciné-club de Canal +, faisant notamment quelques soirées gore et aussi un spécial Rocky Horror Picture Show qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Et puis c'est lui aussi le monsieur qui a permis la publication de Dômu, le plus beau manga du monde, aux Humanoïdes Associés. Et enfin, c'est le créateur de Asian Star, un très intéressant catalogue de films asiatiques (notamment coréens). Bref, Jean-Pierre Dionnet, je l'aime beaucoup.
Quant au reste du magazine, il est assez intéressant, même s'il ne révolutionne rien. Ceci dit, dans ses portraits des plus importants mangakas, il évince Clamp et Hojo au profit de Syuho Sato (Say Hello to Black Jack) et Shigeru Mizuki, ce qui n'est pas forcément plus mal. Seul problème, c'est que les articles sont un peu bourrés de fautes de frappe, et ça gâche la lecture (bon, il n'y a peut-être pas tant de fautes que ça, mais déjà trop pour moi ^^)

A part ça, les vacances ont été plutôt studieuses. J'ai beaucoup lu (mais pas encore le dernier Harry Potter), beaucoup écrit (mais pas Traces, ce qui me laisse deux semaines pour le finir avant de rejoindre Bruxelles où ma frangine bosse déjà sur le character design O_o Je vais me faire tuée !!!), et voilà, hop, le résultat ^^



LE REGIMENT MONSTRUEUX.
Les Annales du Disque-Monde.
Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Terry Pratchett.


Quand un homme ordinaire fait quelque chose d’extraordinaire, c’est un héros.
Quand une femme ordinaire fait quelque chose d’extraordinaire, elle reste une femme... qui a peut-être fait un petit effort, mais pas plus.
Jean est parti à la guerre, et n’en est jamais revenu. Sa soeur Margot, bien décidée à le retrouver, se coupe les cheveux, enfile un pantalon, et s’engage dans l’armée ! Mais voilà, le pays ne gagne pas vraiment, et ce dernier paquet de jeunes recrues placées sous les ordres du sergent Jackrump et du lieutenant Blouse, ressemble fort à un curieux assemblage rocambolesque (fille, vampire, troll, Igor, etc...) tout en étant peut-être le dernier espoir du pays.
Margot, dit Olivier, et ses camarades vont devoir franchir de nombreux obstacles avant d’affronter le pire ennemi de l’armée : Sam Vimaire, envoyé spécial d’Ankh-Morpok.
Ce dernier volume paru des Annales du Disque-Monde est absolument délicieux. Comme à son habitude, Pratchett raconte son histoire avec moult jeux de mots, anachronismes (ou plutôt « adaptation de la technologie humaine au Disque Monde »), et humour. Mais il y a quelque chose de plus ici. Pratchett aime les personnages féminins forts, ça, on le savait déjà, et ses héroïnes ont toujours été beaucoup plus intelligentes que ses héros (plus réalistes, plus débrouillardes aussi) Il n’y a qu’à voir Suzanne ou la légendaire Mémé Ciredutemps... Mais jamais un livre d’héroïne(s) n’aura été aussi féministe dans l’âme. Et ça, ça fait vraiment beaucoup de bien. Sans compter que l’auteur nous ressert aussi, entre autres figures charactéristiques, une figure paternelle extrêmement attachante, Jackrump, l’équivalent militaire de Vimaire, et tout aussi facile à aimer.
Les personnages sont tous très intéressants.
Mon personnage préféré est Margot, une tête de mule qui ne s’est rendue compte de son statut total de garçon manqué que le jour où elle a enfilé un pantalon (et une paire de chaussettes), une suffragette en uniforme qui s’ignore. Sa relation avec Jackrump est fantastique, attendrissante, et vraiment bien amenée.
J’aime aussi donc beaucoup Jackrump, mais juste avant, il y a Maladict, le vampire... Il est génial, pince sans rire, aristo, amateur de café, intelligent, tant et si bien qu’on ne sait pas pourquoi il s’est engagé dans l’armée.
Le lieutenant Blouse est lui aussi incroyable, il a une intelligence autre, comme de nombreux personnages chez Pratchett, et se retrouve là où il n’aurait jamais du être.
Enfin tout le petit régiment est incroyable (mention spéciale à l’Asperge, vraiment), mais dévoiler le pourquoi serait trahir le grand secret de ce Régiment Monstrueux.



MASQUARADE.
Les Annales du Disque-Monde.
Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Terry Pratchett.


Masquarade est l’histoire de personnes qui se retrouvent dans un endroit où elles n’ont rien à faire.
Il y a d’abord Monsieur Baquet, qui vient de racheter l’opéra d’Ankh-Morpok, et qui se demande bien ce qu’il a fait pour se retrouver dans une telle galère. C’est aussi un peu le problème d’Agnès, dite Perdita, peut-être sorcière, voix d’or dans un corps bien trop encombrant, qui décidément, n’arrive pas à trouver sa place sur scène (d’ailleurs personne ne cherche vraiment à la lui trouver) Et puis il y a un peu les chats dans le jeu de quilles, Nounou Ogg et Mémé Ciredutemps, qui, tout en voulant récupérer Agnès, n’hésitent pas à vouloir résoudre le grand mystère de l’opéra : mais qui est son fantôme ?
Et tout cela sans compter la faune étrange de l’opéra, son homme à tout faire (oh, Gauthier...), son organiste (oh, André...), sa vedette (ah, Christine...), ses ballerines, son choeur, son chef d’orchestre et son orang-outang... (ben oui, on est à Ankh-Morpok)
Encore une fois Pratchett réussit à conter une très jolie histoire, celle de la fille trop grosse et trop transparente, très douée, mais qui n’intéresse personne. Comment cet auteur arrive à rendre aussi bien les sentiments emprunts de timidité et d’une sourde colère d’Agnès, c’est un mystère, mais c’est aussi extrêmement réussi. A cela s’ajoute un vibrant et magnifique hommage à l’opéra, de Wagner à... Cats, et une apparition piratesque de Gredin, le chat (oui beaucoup de chats dans cet histoire) qui restera dans les annales (hahaha)
Mon personnage préféré pourrait être Agnés, tant l’identification est assez (voire instantanément) rapide. Mais ce serait compter sans Gauthier, l’homme à tout faire, personnage qui réunit toutes les qualités pour me plaire : hors de tout, vraiment dans rien, mais avec un petit quelque chose en plus (je pense qu’après Carotte et Blouse, il devient l’un de ces « autres » qui m’a le plus émue)
J’ai aussi beaucoup aimé le personnage d’André, son côté mystérieux et gentil...
J’avoue avoir toujours préféré les cycles autour de Suzanne et de Carotte plutôt que ceux autour des Sorcières. Peut-être parce que j’en ai lu plus des deux premiers et beaucoup moins sur ces dernières. J’avais oublié à quel point Nounou Ogg pouvait être... folklorique. Et à quel point Mémé Ciredutemps pouvait être une si... gentille sorcière. Et comme on ne se refait pas, j’ai bien chouiné devant quelques unes des ses paroles (ainsi que la scène entre Ogg et Gauthier)
Maintenant j’aimerai bien lire (juste par curiosité bien entendu) Les Plaisirs de la Chère par une Sorcière de Langre...



LE DEFECTEUR DE PYONGYANG
SAS
Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Gérard De Villiers.

Il n'y a pas de mauvaise littérature. Il n'y a que de mauvais livres.
Et celui-là n'est pas un mauvais livre, à condition que l'on sache où on met les pieds.
J'ai commencé cete histoire (en deux volumes) avec un petit pincement au coeur : mon premier SAS ! (Je continuerai la semaine prochaine avec mon premier Arlequin, si, si ^^) Une série qui a bércé les premières années d'indépendance estudiantine de ma maman (on a des drôles d'héritages dans la famille quand même)
Pour le non initiés, SAS désigne Son Altesse Sérénissime Malko, propriétaire d'un château en Autriche, fiancé depuis de nombreuses années à la parfaite Alexandra, et, surtout, agent de la CIA. Malko, c'est un peu James Bond, mais sans la censure. Je ne parle pas ici de la censure sur les actes de violence (même s'ils sont particulièrement salés ici); mais de la censure sexuelle. Ah Malko, le seul homme au monde qui croise systématiquement des femmes fatales aux jambes galbées et aux croupes arrondies, et, bien sûr, toujours prêtes à coucher avec lui.
Dans cette histoire-ci, Malko doit aider un politique nord coréen (qui d'aileurs a vraiment une malchance monstrueuse hein) à quitter son pays, puis doit déjouer un trafic (nord coréen toujours) au Japon. Passant de Macao à Thaïlande, continuant sur Hong Kong avant d'atterrir à Tokyo, Malko réussit à peu près tout ce qu'il fait, même si c'est toujorus avec un immense regret qu'il voit les gens mourir à cause de lui (c'est un grand sensible). Heureusement qu'il aura une Chinoise et une Japonaise pour le réconforter (Erm...)
Halala, qu'est-ce que j'ai ri ! Je n'ai pas trouvé cette histoire particulièrement vulgaire puisque, à la base, il s'agit d'un roman d'espionnage de fesses. C'est clair, direct, on va pas jouer les saintes-nitouches non plus (les personnages féminins ayant quand même beaucoup de rôle, autre que celui de finir au lit). Et puis c'est bien écrit, malgré quelques expressions un peu faciles, et je suppose nombres d'incohérences (je ne les ai pas vues sur la partie thaïlandaise du bouquin, mais alors la partie japonaise est tellement folklorique que c'en était encore plus drôle, je ne suis pas certaine que cela se passe vraiment comme ça chez les yakusas ^^) Ceci dit, c'est assez bien documenté pour paraître très réaliste, bien plus qu'un James Bond luttant contre des ennemis finalement très imaginaires. Donc je disais, c'est bien écrit, ça se lit tout seul. Je suppose que c'est écrit par un nègre, pas ça n'enlève rien du plaisir. SAS, c'est un vrai bouquin de vacances !
C'était cool ^^

Surveillez votre écran de télé !
Arte sort les chemises à fleurs cet été ! Ayant raté la soirée spécial Hair pour cause de Septième Compagnie sur une chaîne concurrentes (oui bon, les aléas des vacances avec les parents), nous nous sommes rattrapés avec un excellent documentaire sur les parcours parallèles de Mark Chapman et John Lennon, un ou deux soirs plus tard. La semaine prochaine, c'est la comédie musicale des Doors, Tommy, qui passe. Attention à ne rien louper !

Il faudra que je revienne peut-être sur le dernier post d'Algésiras.
J'ai longuement réfléchi pendant les vacances sur l'opportunité d'ouvrir un site pour mettre en ligne quelques-uns de mes textes, avec un système de rémunération, genre si un visiteur a aimé et veut contribuer à aider l'auteur, qu'il puisse le faire. Mais je reste encore très peu sûre de ce genre de démarche. Le fait est surtout que je n'ai pas du tout envie de laisser mes textes circuler librement et gratuitement. C'est très compliqué...
Enfin bref, si j'ai le courage j'y réfléchirai un peu plus la prochaine fois ^^
3rd-Jul-2007 06:45 pm(no subject)
Je dois écrire un conte pour enfants pour, genre, jeudi matin, et j'ai trop pas d'idée.
C'est quand même la honte...
Alors si quelqu'un à un truc qui lui passe par la tête, un challenge, n'importe quoi, donnez-le moi, parce que là je sèche compltement è_é

Et j'ai appris aujourd'hui que les petit bloc sténo à feuilles blanches que j'adore ne sont plus en vente ! é_è C'est pourtant des blocs très pratiques puisqu'ils étaient assez petits pour rentrer dans un sac à main, assez épais pour qu'on puisse écrire dessus sans sous main, sans ligne ce qui est toujours très bien quand on écrit très petit comme moi (et qu'on fait des ratures ou qu'on dessine aussi), et très bon marché ! (non parce que des blocs blancs comme ça y'en a plein, mais désolée, je mets pas 5€ dans un truc qui me sert de brouillon è_é)
Trop nul.






Which fucked-up genius composer are you?




Nick Cave... dark and creepy. You're a bi-polar genius, with equal passion for the most degrading aspects of humanity, as well as the beauty & wonder of God and Heaven.
Take this quiz!








Quizilla |
Join

| Make A Quiz | More Quizzes | Grab Code



Ca fait toujours plaisir.
En passant...

La voilà, cette charmante créatuer
La voilà, la voilà
Avec ses cheveux pleins de rubans
Et des gants verts aux mains

J'ai donc demandé à cette charmante créature
Oui, j'ai demandé. Oui j'ai demandé
Si elle marcherait avec moi un petit moment
Dans cette nuit tenace

Elle a pris ma main, cette charmante créature
"Oui", a-t-elle dit. "Oui", a-t-elle dit.
"Oui, je marcherai avec vous un petit moment."
C'est un homme heureux qu'elle emmena

Par-delà les collines, cette charmante créature
Par-delà les montagnes, par-dela les crêtes
Près des grandes pyramides et des sphinx
Nous avons croisé des errants et des inconnus

Oh les sables, ma charmante créature
Et les vents, fous et geignards
La nuit les déserts grouillaient
De choses diaboliques

A travers la nuit, à travers la nuit
Le vent cinglait et me fouettait
Quand je suis rentré, ma charmante créature
N'était plus avec moi

Elle gît quelque part, cette charmante créature
Sous les lents sables mouvants
Avec ses cheveux pleins de rubans
Et ses gants verts aux mains


Nick Cave - Lovely creature - King Ink 2, éd. Le Serpent à Plumes
This page was loaded Jul 23rd 2017, 12:45 pm GMT.